EXTREME PRECISION

Forum de Tir Sportif et de Chasse Vermine-Prédateurs / Shooting and Varmint-Predator Hunting Forum
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Comment faire un bedding d'epoxy (Savage série 10/110)

Aller en bas 
AuteurMessage
Moosetracker
Grande gueule / Big mouth
Grande gueule / Big mouth
avatar

Nombre de messages : 1803
Localisation : Outaouais
Date d'inscription : 24/11/2008

MessageSujet: Comment faire un bedding d'epoxy (Savage série 10/110)   Ven 19 Déc 2008 - 20:27

Introduction
Pourquoi faire un bedding d’epoxy? Est-ce que ça améliore toujours la précision d’une arme?
Amélioration suggérée avant d’entreprendre le bedding d’epoxy (Savage 10/110)
Matériaux, outils et précautions préliminaires
Etape 1 – Défaire l’arme
Etape 2 - Positionner le boîtier, éliminer les tensions parasites et faire le “inletting”
Etape 3 – Contrôler la distribution de l’epoxy et protéger les surfaces
Etape 4 – Préparer et appliquer le mélange epoxy
Etape 5 - Fixer le boîtier/canon dans la crosse pour la période de durcissement et enlever les excès externes d’epoxy
Etape 6 - Retirer le boîtier/canon de la crosse et enlever les excès internes d’epoxy
Etape 7 - Nettoyer au complet
Etape 8 – Remonter l’arme
Quelques sources additionnelles d’information
Conclusion

Introduction

Plusieurs membres du site Extreme Précision ont manisfesté le désir d’initier un post sur le mérite et les techniques de bedding à l’epoxy. Dans l’exposé qui suit, j’utilise une Savage 12 VLP pour en faire la démonstration. Au cours des dernieres décennies, j’ai effectué une cinquantaine de bedding soit avec l’Acraglass de Brownells ou le Bisonite. Cette fois j’ai utilisé le Devcon 10110 (pâte plastic steel).

Le fait d'avoir effectué 50 jobs de bedding n’offre pas nécessairement une garantie de la qualité de la technique utilisée ou de son exécution. Donc, après avoir complété le bedding sur la VLP et dans le but d’assurer un contrôle de la qualité de ce qui est présenté, j’ai consulté un expert (et pas le premier venu) pour obtenir une deuxième opinion. Pour ceux qui ne le connaissent pas, Ian Robertson est un fabricant de crosses custom de renommée internationale. En plus d’être une sommité dans son domaine, Ian est un véritable gentilhomme. Je me suis présenté à son atelier sans rendez-vous, il a laisser tomber son boulot et m’a accordé une entrevue de plus de 30 minutes pour revoir mon travail et formuler des commentaires. Ses idées et suggestions sont présentées dans les sections pertinentes du texte qui suit. Voiçi son site web:
http://www.robertsoncomposites.com/htmlfiles800/RobertsonComposites800.html

Pourquoi faire un bedding d’epoxy? Est-ce que ça améliore toujours la précision d’une arme?

Deux raisons: constance et rigidité. Pour obtenir un précision optimum, il est essentiel que les pièces composantes de l’arme reviennent reposer au même endroit après chaque coup. Or le bedding d’epoxy marie le boîtier à la crosse réduisant ainsi les tolérances au minimum, de sorte qu’à toutes fins pratiques, il n’y a pas de déplacement du boîtier dans la crosse. En outre, le bedding d’epoxy augmente la rigidité du système dans son ensemble, ce qui favorise la précision.  

En autant qu’il soit bien fait, un bedding d’epoxy va améliorer la précision de la plupart des armes. Il y a toujours des exceptions. Si votre arme est très précise et constante, vous aurez peu à gagner de faire un bedding. Pour en avoir le coeur net, j’ai soulevé cette question avec Ian et il m’a répondu que, même pour une arme précise, un bedding bien fait ne peut pas nuire.

Défaire l’arme

La première chose à faire c’est de démonter l’arme au complet. Dans le cas d’une Savage, prenez soin de noter l’installation de la détente, en particulier la position du ressort qui exerce une tension sur le “bolt release”. Pour enlever le cadre métallique du magasin, j’utilise 2 tournevis. Un long tournevis en guise de levier sur le bas du L et un petit pour glisser sous le cadre métallique pour le sortir par le haut.

Amélioration suggérée avant d’entreprendre le bedding d’epoxy (Savage 10/110)

Pour ceux qui sont en mesure de retiré le canon, il est recommandé de changer l’anneau de recul. Voiçi un lien à cet effet:
http://extreme-precision.forum-2007.com/carabines-a-percussion-centrale-centerfire-rifles-f6/comment-changer-un-canon-sur-une-savage-t3181.htm

Etape 1 – Matériaux, outils et précautions préliminaires

-  Devcon 10110 (acier) pour le bedding
-  cire à soulier Kiwi neutre comme  agent de démoulage
-  mastic de plombier
-  ruban à peinture 3M bleu 1.5”

Ian Robertson utilise le produit Marine-Tex, non pas parce qu’il est supérieur au Devcon (à son avis les 2 produits sont équivalents), mais plutôt parce qu’il peut se le procurer en plus grande quantité. Il s’est servi de la cire Kiwi à plusieurs reprises avec succès. Aujourd’hui, il utilise un agent de démoulage (mold release) industriel: Synlube 531.



Voiçi une liste d’outils utiles pour le bedding d’une crosse en bois:

-  Outil rotatif de type Dremel avec ensemble d’accessoires
-  Couteaux exactos
-  Assortiment de ciseaux à bois
-  Bâtonnets de popsicle dont certains sont affilés à 45*
-  Quantité suffisante de Q-tips
-  Vis d’“Inletting” pour Remington 700/Savage 10 ou vis     équivalentes 1/4”–28
-  Alcohol isopropylique ou nettoyant à frein
-  Papier essui-tout



La première précaution à prendre est de s’assurer que le boîtier et le canon sont calés à moins de la moitié de leur hauteur dans la crosse. Cette première vérification est très importante, sinon il vous sera pratiquement impossible de retirer ces derniers de la crosse après le durcissement de l’epoxy.

Etape 2 - Positionner le boîtier, éliminer les tensions parasistes et faire le “inletting”

Les armes Savage de série 10/110 sont montées sur un bedding d'entretoises (pillar bedding). Ces dernières servent de points d’appui pour le bedding à l’epoxy. Pour assurer un bon alignement du canon et éliminer les tensions parasites, enrouler du ruban électrique en vinyl à l’avant du canon, jusqu’à ce que le “barreled action” repose également sur les 2 entretoises et le ruban de vinyl. Voir photo qui suit.



Le point d’ancrage arrière d'une Savage est à l’avant du pontet et en arrière du magasin. Vu la proximité du mécanisme Accutrigger, il ne reste que très peu d’espace pour effectuer un bedding à l’epoxy. La photo qui suit illustre la petite surface propice au bedding. Notez comment l’entretoise arrière est sectionnée en deux sur une hauteur de plus de 1 cm et comment l’intérieur de la crosse a été dégagée pour faire place au mécanisme Accutrigger.  

Une autre conception particulière à Savage, c’est l’arrière (tang) flottant du boîtier. Vous devez vous assurez d’être en mesure de glisser une feuille de papier entre l’arrière du boîtier et la crosse en tout temps.



On procède maintenant au dégagement (inletting) des surfaces où repose le boîtier: autour des entretoises, à l’arrière de l’anneau de recul, en haut du magasin et sous l’anneau de resserrement (pour que ce dernier n’ait pas de contact avec la crosse après l’enrobage du ruban à peinture). Enlever environ 1/8” de bois autour des entretoises et sous l’anneau de recul. Vous pouvez enlever jusqu’à 3/16” à l’arrière de l’anneau de recul. Dégager sous l’anneau de resserrement au besoin. Pour ce qui est des surfaces en haut du magasin, j’effectue un sablage avec du papier # 60 ou # 80, en prenant soin de ne pas toucher les surfaces externes. La photo qui suit illustre l’inletting completé et le début de la prochaine étape.



Etape 3 – Contrôler la distribution de l’epoxy et protéger les surfaces

La prochaine tâche consiste à nettoyer toutes les surfaces de métal avec de l’alcool ou encore mieux, un nettoyant à freins, pour enlever les saletés, graisses et résidus. Ensuite on doit bloquer tous les orifices du boîtier et de la crosse où l’on veut prévenir l’infiltration de l’epoxy. Pour ce faire j’utilise le mastic à plombier. Ce qu’il faut éviter à tout prix c’est de créer des blocs mécaniques qui peuvent entraver le retrait du boîtier et/ou du canon, ou nuire au fonctionnement de l’arme, après le durcissement de l’epoxy. Il faut aussi prévoir des digues pour retenir l’epoxy à la hauteur des entretoises dans la crosse.

Règle générale, pour obtenir un maximum de précision, on laisse flotter un canon lourd (tir à la cible, vermine, etc.) tandis qu’on baigne le premier 1” à 2” d’un canon léger (arme de chasse) dans l’epoxy.  Si on désire interchanger des canons comme c’est possible avec Savage, il est préférable de laisser flotter le canon. Mais attention, dans tous les cas, on doit enrober l’anneau de reserrement Savage de ruban à peinture pour prévenir un bloc mécanique avec l’epoxy.

Ensuite, on installe le ruban à peinture sur le boîtier à la ligne de contact avec la crosse. Je fais environ 2 tours de ruban sur les vis à “inletting’, le plus près possible du pas de vis pour prévenir l’infiltration d’epoxy dans les entretoises le plus possible. Pour faciliter l’extraction du boîtier , je colle 2 couches de ruban sous et à l’avant de l’anneau de recul ainsi qu’ une couche sur les cotés. Aux dires de Ian Robertson c’est la meilleure façon de faire un bedding d’epoxy pour une crosse en bois, vu les possibilités d’absorption d’humidité même dans une crosse laminée.



Je couvre ensuite les surfaces externes de la crosse avec le ruban à peinture pour ne pas endommager le fini avec l’epoxy.



On passe maintenant à l’application de cire Kiwi à l’aide de Q-tips. J’étend une première couche abondante partout, y compris sous le pontet et dans les entretoises. On doit s’assurer de bien couvrir les vis d’”inletting” ainsi que les pas de vis du boîtier. Une fois séchées, je polis les surfaces métalliques du boîtier sujettes au bedding avec un papier essui tout afin de laisser une couche de cire la plus mince possible pour minimiser les tolérances. Je répète ce processus une 2ieme fois.

Avant de passer à la prochaine étape, placez le canon dans un étau avec l’ouverture du magasin pointant vers le plafond (boîtier renversé). Ensuite installer la crosse (avec le pontet) sur le “barrelled action” pour vous assurer que tout va bien. Répéter à quelques reprises – histoire de se pratiquer avant le grand évènement!



Etape 4 – Préparer et appliquer le mélange epoxy

Le Devcon 10110 se mélange en proportion de 9:1 résine/produit de durcissement en poids et 2.5:1 en volume. La résine étant une pâte épaisse, il est beaucoup plus facile de procéder par poids que par volume. Donc, après avoir fais le zéro sur la balance avec un verre en carton, j’y introduit une quantité de résine qui me semble suffisante pour remplir les cavités sujettes au bedding – mieux vaut plus que moins.



Ensuite je divise le poids indiqué (82.5gm) par 9 (9.1gm) et je rajoute le produit de durcissement pour en arriver à la somme des 2 produits (environ 91.6gm).



Je mélange à fond selon les directions. Il est important de noter l’heure de la préparation de l’epoxy.

J’étend ensuite une couche de pâte sur les surfaces de métal sujettes au bedding ainsi qu’aux endroits équivalents dans la crosse. Ian préfère verser le mélange complet dans la crosse. Son raisonnement c’est qu’on risque de coinçer des bulles d’air entre les 2 couches d’epoxy lorsqu’on procède selon ma méthode.





Etape 5 - Fixer le boîtier/canon dans la crosse pour la période de durcissement et enlever les excès externes d’epoxy

Maintenant je place la crosse sur le “barreled action” en prenant soin de centrer les vis d’”inletting”. Ensuite je presse la crosse fermement contre le “barreled action” jusqu’à ce qu’elle repose sur les 3 points d’appui mentionnées plus haut. J’enrobe ensuite du ruban vinyl autour de la crosse sur du papier essuit-tout (ferme, mais pas trop serrer pour ne pas créer de tensions parasites, surtout pour un canon mince) pour protéger le fini. Ensuite je retourne l’arme dans l’étau (90*) et j’enlève les excès externes d’epoxy à l’aide des bâtonnets de popsicle affilés à 45* - surtout à la ligne de contact du boîtier/canon avec la crosse. Cette tâche est très importante, encore une fois pour ne pas créer un bloc mécanique lors du durcissement. Une fois les surfaces nettoyées, je retourne l’arme (90*) à sa position inversée décrite plus haut.



J’aime bien garder le contenant d’epoxy comme témoin pour vérifier l’état de durcissement avant de retirer la crosse du boîtier.

Environ 1/2 heure après la préparation du mélange d’epoxy, je déserre les vis d’”inletting” de 2 tours et je les reserre immédiatement. Je répète cette activité à 2 ou 3 reprises à toutes les heures, pour m’assurer que ces vis seront faciles à défaire.

Etape 6 - Retirer le boîtier/canon de la crosse et enlever les excès internes d’epoxy

Après 8 heures, on peut retirer la crosse. On commence par enlever les vis d’”inletting” et ensuite le pontet. Avec le canon bien sécurisé dans un étau tout près du fût (un étau ordinaire suffît), je saisi le fût d’une main et exerce une pression vers le haut. Ensuite, avec l’autre main, je donne un coup sur la crosse de bas en haut et ça sort avec un POP!





J’enlève les rubans à peinture et le mastic à plombier. Reste ensuite à enlever l’excès d’epoxy à l’intérieur avec l’outil Dremel (si nécessaire) pour dégager les espaces occupés par le mécanisme Accutrigger et le cadre métallique du magasin. Si l’epoxy s’est infiltré dans les entretoises, nettoyez celles-ci à l’aide d’une perceuse (préférablement à colonne) avec une mèche de 9/32”. Il ne faut pas que les vis qui retiennent le boîtier agissent en guise de limiteur de recul.



Etape 7 - Nettoyer au complet

Un bon nettoyage et voilà….

Etape 8 - Remonter de l’arme

Après environ 12 heures, vous pouvez remonter l’arme.



Quelques sources additionnelles d’information

http://www.savageshooters.com/index.php?articleview=Stock%20Bedding%20101
http://www.varminthunters.com/tech/bedding.html
http://www.brownells.com/aspx/NS/GunTech/NewsletterArchive.aspx?p=0&t=1&i=641
http://www.6mmbr.com/pillarbedding.html

Conclusion

Faire un bedding d’epoxy ce n’est pas difficile, mais son exécution efficace repose sur 3 grands secrets: préparation, préparation et préparation. Il faut anticiper et prévenir toute possibilité de blocs mécaniques lors du durcissement de la résine. Il faut aussi éviter de créer toute tension sur le boîtier, le canon et/ou la crosse.

Avant de quitter Ian, je lui ai demander quelle cote il accordait aux techniques et à l’exécution du bedding que je lui ai présenté. En faisant allusion au boîtier et à la crosse laminée de Savage, il m’a répondu: “you did the best possible job with the materials you had to work with”.

Vos commentaires, suggestions, opinions et critiques constructives sont les bienvenus.
Voiçi le lien au post de discussion:
CLIQUEZ ICI


Dernière édition par Moosetracker le Ven 27 Mar 2009 - 16:13, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Comment faire un bedding d'epoxy (Savage série 10/110)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment faire une croix pour indiquer le décès
» Allaitement et reprise du travail : comment faire accepter les biberons ?
» Comment faire les semis qui réclament beaucoup de chaleur ?
» Comment faire pour ne plus voir le bandeau publicitaire de votre site ?
» Lutte contre les déficits : comment faire ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
EXTREME PRECISION :: ARMES / FIREARMS :: Trucs et conseils, modifications / Tips and advices, modifications-
Sauter vers: